Golfe du Morbihan

Le samedi 26 nous étions 14 motivés pour aller naviguer dans le Golfe, objectif Illur. Embarquement à la cale du Ruault quasiment à marée basse. Nous suivons les perches du chenal à l’ouest de l’île aux oeufs, à l’est d’Illuric et trouvons un chenal pour Illur. Nous débarquons sur la plage au NO où se trouve un bateau chargé de fêtards avec la musique à fond. Nous faisons un peu de marche à pieds jusqu’au bourg que nous visitons tranquillement. illur.JPG illur.JPG (78.44 Kio) Vu 347 fois Nous discutons longuement avec l’un des gardiens de l’île qui appartient au conservatoire du littoral. il nous fait part d’un projet de gîte qui devrait se faire l’année prochaine. Une idée de future virée…
Le retour se fait par l’est d’Illur. le flot recouvre les parcs à huitre ce qui nous facilité la navigation. A peine débarqués, la pluie reprend. Elle ne nous lâchera qu’après le repas.
Dimanche nous réembarquons toujours au Ruault en direction de l’est. Objectif longer la côte jusqu’à l’île aux oiseaux et retour direct avec le vent et le courant portants. Il fait beau mais le vent 3/4 nous amène à chercher l’abri des berges. Nous nous arrêtons au chateau du Néret où Fred et Alain ont une longue discussion avec le propriétaire. Un scoop, il est d’accord pour accueillir les 50 ans de TEV. un souci de moins pour les prochains organisateurs. chateau.JPG chateau.JPG (52.67 Kio) Vu 347 fois Nous continuons jusqu’au château de Kerlevenan. Nous finissons par trouver l’ile aux oiseaux, petit monticule d’herbe. Compte tenu de la dérive du vent et du courant nous choisissons de rentrer en direct. Ce qui est fait en 25 mn contre 1 h pour l’aller. Il fait très beau et c’est un plaisir de s’installer au pique nique à Kercambre. Pique niqueen bonne compagnie, pliage rapide et efficace du camp. Nous sommes de retour d’heure de voter.

Sortie sur la Rance

Nous étions 10 + 2 individus à se retrouver port du Lyvet en la Vicomté à 10 h pour naviguer sur la Rance maritime. L’eau est au rendez-vous merci au site d’EDF, info corroborée par nos informateurs locaux.
L’eau arrive au pied des carrelets et nous nous engageons dans le canyon en respectant tant bien que mal le chenal.
Nous arrivons assez vite au moulin du Prat, moulin à marée qui témoigne du passé agricole du coin. Nous traversons dans le vent pour remonter jusqu’à la Moinerie où nous trouvons un phoque vautré sur le ponton. Nous respectons la distanciation physique si bien qu’il ne se sent pas menacé et reste à dodeliner de la tête pendant qu’on l’observe. Nous tirons sur Plouer en passant sous le château dont j’ai oublié le nom (merci Bernard de compléter).
Arrivés à Plouer nous traversons la plaine pour aller manger côté Pleudihen. Le vent forcissant, nous renonçons à notre balade dans les herbus de St Magloire et retraversons pour passer sous le pont St Hubert. Nous retraversons une nouvelle fois jusqu’au camp viking où nous faisons une incursion assez courte pour cause de marée descendante : on ne voudrait pas s’y faire piéger.
Nous passons sous le mont Gareau et retraversons dans le vent vers la grève de Morlet et coupant le bord des velliplanchistes qui se régalent par ce vent 5/6 notamment ce qui évoluent de manière impressionnantes sur des foils.
Pause sur la grève de Morlet près de l’oratoire du Chatelet, témoin de la dévotion des Terre neuvas et remontée vers vers le Minihic à l’abri de la pointe de Trégondais. Le dernier kilomètre se fait vent de le nez avec un banc de sable qui piège les derniers avec la descendante.
Dispersion sans BDE, on est sérieux jusqu’au bout.