Rejoignez-nous !

Mis en avant

Venez tester le canoë-kayak et découvrir le club et ses activités. Nous nous entraînons tous les samedis après-midi. Rdv à 14 h à Tizé.

Séance pagaie fit le mercredi à 15 h.

Venez en cours d’année pour essayer et plus si affinités.

Contactez-nous pour tout renseignement.

Le club TEV a plusieurs spécificités, qui en font un club de canoë-kayak exceptionnel et unique dans la région rennaise. La première est de pratiquer en pleine nature, en mer et sur des rivières naturelles, en Bretagne et beaucoup plus loin ! La deuxième est de pratiquer sur plusieurs supports : kayak (et canoë) de rivière, kayak de mer, canoë de randonnée (open canoë) avec des embarcations mono et biplace. La troisième est que nous ne faisons pas de compétition. La quatrième est que nous accueillons des pagayeurs de tous les niveaux et de tous les horizons. Le tout dans une excellente ambiance !

Conférence embarquée

Conférence Embarquée, ce samedi 15 octobre 2022 !!!

Bonjour à Tous,

La Conférence Embarquée a eu lieu, ce samedi 15 octobre, sous une belle météo. Quinze personnes inscrites, par l’intermédiaire de Mr Lepage (Animateur sur la commune de Thorigné Fouillard) sont venues sur le site de Tizé afin d’écouter Mme Shermann,biologiste – enseignante/chercheuse sur le site de Beaulieu, qui nous a éclairé sur la végétation en lien avec la Vilaine.

Nous avons pu découvrir l’Aulne et la photo-synthèse de son système racinaire, le chêne pédonculé (si celui-ci est envahi de lierre, il faut éviter de le couper, l’arbre étant déjà affaibli ; le lierre préservant une certaine humidité au chêne et établissant une bio-diversité autour de son tronc, le frêne, le houblon et sa forte odeur d’aïl, le fusain, les différents saules :

saule blanc, saule pleureur, saule tortueux, et

le saule osier/des vanniers :
Salix_viminalis_korgvide.jpg Salix_viminalis_korgvide.jpg (48.44 Kio) Vu 27 fois
https://fr.wikipedia.org/wiki/Saule_des_vanniers

sans oublier une variété de chardon : la cardère à foulon :
Dipsacus_sativus - 1.jpg Dipsacus_sativus – 1.jpg (226.17 Kio) Vu 29 fois
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dipsacus_sativus

Merci à Mme Shermann, Mr Lepage et Mr Deschamps (Correspondant Ouest-france sur la commune de Thorigné)….

A l’année prochaine … Thierry

Sortie à Étel

SORTIE SUR LA RIA D’ETEL, CE DIMANCHE 09/10/2022 !!!

Bonjour à Tous,

Huit Teviennes – iens s’étaient donnés RV au Club à 7 h 30 (Hou la la, le réveil !!! ) ce dimanche matin pour aller naviguer sur la Ria d’Etel.
Chargement, départ 8 h 15 et direction Saint Cado, lieu de notre embarquement… Nous arrivons un peu avant 10 h 00 et retrouvons Cristelle, Lisa et Alain.
La rivière  (1).jpgLa rivière d’Etel La rivière (1).jpg (229.36 Kio) Vu 112 fois Nous entamons le tour de l’Ile Saint Cado en passant le petit pont de Penn ar Trec’h (Pointe de la victoire e Brezhoneg) à contre courant ce qui complique un peu la tâche pour garder son kayak dans l’axe en pagayant énergiquement… Nous rejoignons Pont Lorois que nous passons sans encombre, emportés par le courant du Jusant (Coefficient 97). Nous dépassons Port Niscop, le Vieux passage, l’ilot Nohic et remontons la rivière du Sac’h avant d’abandonner rapidement du fait de la marée.

Nous arrivons devant Magouër et son cimetière de vieux thoniers. Etant un peu en avance sur le timing, nous décidons d’aller voir les vieilles photos noir et blanc, accrochées autour de l’ancienne criée qui rappelle l’histoire d’Etel (Port créé au milieu du 19 ième siècle pour la pêche aux thons), ainsi que la station de sauvetage en mer qui est devenue un musée.

Etel fut, aussi, le lieu de la signature de la reddition de la poche de Lorient, dans le bar « Au Café Breton »
Photo reddition allemande 1939 - 1945 à Etel.jpg Photo reddition allemande 1939 – 1945 à Etel.jpg (1.97 Mio) Vu 112 fois

Après cet épisode culturel, nous retraversons la Ria pour aller pique-niquer au cimetière des vieux thoniers, près du Magouër.

Le déjeuner pris, certains vont voir la barre d’Etel et son mat Fenoux, d’autres font la sieste.

La marée s’étant renversée, nous rembarquons vers Saint Cado, passons Pont Lorois, remontons un peu la rivière d’Etel, avant de débarquer sur la cale de Saint Cado.

Petit goûter avec brioche (Merci Emmanuel) et diverses boissons chaudes. Nous quittons Christelle, Lisa et Alain, pour une arrivée vers 18 h 00 au Club.

Rinçage des kayaks et dispersion des troupes !!!

Coût de la sortie : 22,00 x 8 = 176,00 – 66,50 (Gas oil mis dans BBR) = 109,50 € en virement sur le CCP du Club.

Ont participé : Marie-Hélène, Marie, Jean-Pierre, Luc, Frécho, Emmanuel, Claude et Thierry …

Nous ont rejoint : Christelle, Lisa et Alain

Les photos/vidéos d’Emmanuel :

https://drive.google.com/drive/folders/ … sp=sharing

Les photos/vidéos d’Alain :

https://drive.google.com/drive/folders/ … sp=sharing

Sortie « sécu » à St Briac et tour des Ebihens le 2 Octobre 2022

Nous étions 9 plus ou moins à l’heure convenue au club, chargement et route sans encombre jusqu’à Saint-Briac (nous avons passé le barrage de la Rance à 9 h 59′ tout juste avant la fermeture). Nous nous sommes garés près du château du Nessay. Nous avons embarqué sur la plage du port de plaisance et avons fait dans la zone de mouillage nos exercices de récupération et de remontées autonomes. On s’est dit qu’il faudrait vraiment faire ça plus souvent, que les petits hiloires ça fait des économies de jupe mais pour remonter dans son kayak c’est pas top, que la pompe pour vider les kayaks c’est bien… Ensuite nous avons remonté à l’étal de pleine mer le Frémur jusqu’au moulin, sommes redescendus jusqu’à la première plage rive gauche où nous avons pique-niqué sous un rayon de soleil. L’après-midi nous sommes sortis du Frémur avec un petit courant descendant et sommes passés tout juste sur le tombolo de L’islet devant Lancieux avant qu’il ne découvre complètement. Puis nous avons ramassé un peu de vent dans le nez mais pas longtemps et des averses afin de profiter de jolis arcs en ciel. Arrivés à la pointe du Chevret bien que commençant à sentir la fatigue nous n’avons pas pu résister à faire le tour des Hébihens. Nous avons traversé les Haches, avons fait un regroupement à la cardinale Les plantus, sommes passés au Nord du plateau rocheux de Rochefort puis avons tous piqués sur la Salinette sauf un Nanard qui n’avait rien écouté (quand je l’ai récupéré il a fait demi tour mais est repassé devant la Salinette dans l’autre sens, le sketch). S’en est suivi un bon petit portage de marée presque basse, une dégustation de clafoutis aux cerises de Muriel, une route de retour, un rinçage des boats et des au revoirs émouvants (non en fait c’était juste pour placer le pluriel d’au revoir).
Y’avait quasiment personne sur l’eau, il faisait bon et la baie est toujours aussi belle, merci à toute la sympathique équipe (Sam, Emmanuel, Frécho, Yves, Mel, Pascal, Muriel, Erwan, Bernard) pour cette journée tonique (8 M parcourus (15 km) environ en kayak + natation).

Billet rédigé par Samuel

Portes ouvertes samedi 03/09/2022

Séance sympathique d’initiation et d’accueil des potentiels nouveaux attirés par le forum des associations du matin (Thierry et Marco avaient fait l’ouverture, relayés notamment par Norbert et Bernadette). Après la découverte du club, l’équipement de chacun, un échauffement à terre et le portage des bateaux au ponton, nous avons embarqué sur le petit bras. Il y avait (licenciés avec carte un jour) 5 adultes nouveaux (3 filles et 2 garçons dont un a adhéré avant la séance)(certains ont déjà pagayé un tout petit peu), Capucine (ma fille de 12 ans) et des TEViens en force (Norbert, Frécho, Didier, Thierry, Jean-Pierre et moi sur l’eau et Bernadette et Emmanuel à l’accueil à terre). Nous sommes remontés jusqu’à la veine d’eau du moulin où nous avons fait quelques exercices (toupie, marche arrière, tracter un bateau dont le pagayeur se tient à sa bosse).

L’objectif de la séance, en plus de la découverte de l’activité et du club, était d’aller droit (nous avions pris des bateaux de rivière). C’est largement acquis pour presque tous les participants, à consolider pour deux. Nous avons présenté les activités du club et le fonctionnement ; certains semblaient vouloir revenir samedi prochain…

billet rédigé par Samuel

Sortie Bretagne tonique 31/08/2022

Nous étions 4 kayakistes au départ de Rennes et avons retrouvé 2 frères et une sœur de la côte motivés par cette sortie bretagne tonique. Pourquoi Bretagne tonique, parce que coeff 87 descendant et 4 BFT NE, ça peut faire des conditions de navigation toniques.
Premier coup de pagaie 14h30 à Port Picain. Il y a une accalmie de vent et la mer est calme. Nous passons à l’est de l’île des landes et trouvons un peu de vagues entre l’île et le rocher aux oiseaux. Nous longeons la côte et le vent forcit légèrement levant des vagues amusantes. Nous enchaînons les surfs au Saussaye et dans le chenal de la plage du verger suscitant l’intérêt des baigneurs.
Nous continuons notre parcours vers l’Ouest. Le vent a bien forci et lève une mer avec des vagues courtes qui nous prennent sur le côté . Il faut être attentif. C’est sans doute ce qui manque à Jean qui resté à la traine se met à l’eau. Il regrette d’avoir perdu son sifflet et d’avoir laissé sa VHF à la maison – Heureusement Emmanuel a l’ouie fine et vient à sa rescousse mais dépourvu de bout de remorquage il ne peut pas faire grand chose. Je finis par me rendre compte qu’il se passe des choses pas catholiques à l’arrière mais le temps de replier la voile et de faire demi tour dans une mer pas commode, il se passe un peu de temps. Arrivé sur place l’analyse de la situation montre que le premier danger est de finir à la côte et la pointe du nid est mal pavée. Le risque d’hypothermie est limité, le nageur ayant une bonne protection thermique sous cutanée. Comme je suis le seul à disposer d’un bout de remorquage, j’entreprends de tracter vers le NO bateau et nageur. Je manque de passer à la patouille en accrochant mon bout à un bateau très agité. L’epic n’est décidément pas le bateau idéal pour faire de la sécu Du renfort arrivant, Elisabeth et Emmanuel entreprennent de remettre jean dans son kayak sans vider celui – ci vu les conditions de mer. C’est un peu laborieux mais ça finit par marcher. Si Jean avait travaillé Heel hook rescue, il aurait moins mariné. Je le remorque jusqu’à l’abri de l’île du Guesclin où il peut vider son kayak tranquillement et se retaper avec un bon thé. Mais c’est pas fini, il nous reste la pointe du Meinga qui peut être redoutable. Nous repartons bien groupés cette fois-ci à l’exception de Didier qui se sent une âme d’ouvreur. La pointe est moins agitée que prévu mais nous retrouvons de grosses vagues dès qu’elle est franchie. C’est l’occasion des derniers surfs où l’on se grise de l’impression, pourtant bien fugace, d’aller plus vite que le vent, plus vite que les vagues. Là, comme dans les grandes traversée, l’Epic est super. Nous arrivons très vite et sans problème à l’abri de l’île du petit chevret en bout de la plage de la Guimorais où nous retrouvons nos navetteuses. Portage, chargement et nous débriefons autour d’une BDE afin de tirer des enseignements de cette belle sortie. Une chose est sure, il faudra refaire un point sur le matériel et les techniques de sécurité à la rentrée.

Aurigny août 2022

3 participants BC, JC et PC, . Premier coup de pagaie 9h (PM SM + 5h45) de Port Racine.
Cap plein Nord 1 h. Qqs problèmes de voile occasionnent une perte de pagaie. Tout rentre dans l’ordre mais nous avons dérivé vers le sud et pendant les deux heures suivantes nous avons pagayé en crabe pour ne pas descendre en dessous de 49*45′. Il aurait été plus confortable d’être plus au Nord d’un ou deux km. À l’arrivée nous hésitons sur l’entrée de Saye bay et devons lutter contre le courant qui nous pousse au sud de l’île. Nous pique niquons à Saye bay mais nous sommes trop tard pour nous installer au camping. Nous ferons donc le tour de l’île bateaux pleins.
Nous prenons le swinge, le courant du Nord, qui nous pousse faiblement jusqu’à la renverse et nous sommes obligés de jouer avec les contres et de pagayer énergiquement pour rejoindre les Etacs où il y a une petite colonie de fous de bassan. C’est toujours un spectacle magique surtout que l’endroit est superbe. Les Etacs.jpg Les Etacs

Il faut ensuite jouer dans les contres et les courants et une mer agitée par le ressac pour rejoindre le Sud de la côte.
Nous nous laissons pousser par le vent et le courant. La côte est magnifique. Il y a même une curiosité géologique : la roque pendante, j’attends l’avis d’un géologue. Nous passons devant 3 forts. Les anglais avaient fortifié l’île récupérée en 1815 par le traité de Vienne de peur que Napoléon III ne cherche à la reconquérir. Les allemands ont parachevé le travail avec des travaux titanesques.
Nous finissons notre tour et nous posons au camping. Le temps de se baigner, de monter les tentes, de faire un peu de tai chi, il est temps d’aller en ville trouver un resto. Notre gargote préférée étant privatisée pour la soirée, on nous propose la cave. Nous nous y régalons d’un poisson plat local inconnu.
Retour camping, dodo.
Lever échelonné de 6 à 8h, qui tour de l’île (l’équivalent d’un semi marathon), qui tai chi.
Nous nous retrouvons pour un breakfast très agréable au camping. Un échange comique avec le serveur, dérouté par ma prononciation académique du « three » me fait penser à tous les profs d’anglais que j’ai connus et connais encore ….
Il est temps de plier le camp et de charger les bateaux.
Premier coup de pagaie 13h20. Le courant de descendante est encore puissant et nous pousse vers le sud. Nous naviguons plein est pendant 1h30 avant de commencer à abattre vers le Nord. Nous avons décidé de shunter l’arrêt à Goury et de nous engager dans le raz Blanchard. La houle étant plus forte que prévue et le vent de Surroi aussi nous choisissons de passer au large du phare de Goury de peur d’être poussés à la côte dans la passe de droite. Le raz Blanchard mérite bien son nom. On se croirait dans les moutons sur l’Isère mais puissance 10 au niveau du volume. Heureusement ça moutonne mais ça ne déferle pas vraiment et il suffit de pagayer tranquillement en assurant l’équilibre sachant qu’on avance à 10/12 km/h .
Un peu avant la tour du houillet, ça se calme progressivement. Au niveau des roches du même nom, on rencontre même un contre courant puissant qui va nous freiner jusqu’à Port Racine. Arrivée Port Racine.jpg Arrivée Port Racine

Nous débarquons au bout de 3h50, fatigués et un tantinet affamés :les beans du breakfast étant bien loin.
Nous chargeons et allons voir à Goury le badaboum où nous sommes passés. C’est un passage à déconseiller formellement à tous ceux qui n’ont pas une expérience de l’eau vive. Il vaut mieux s’arrêter à Goury et aller chercher la voiture en stop ou par la chemin côtier.
En bref un super WE presque miraculeux. Pas évident en effet d’avoir la bonne marée, la bonne fenêtre météo et la bonne équipe pour une telle virée. carte aurigny.jpg

Erquy

Nous étions 4 à embarquer au Port de Dahouet à 10h30. au pied de l’oratoire de notre dame
C’est un bon spot pour embarquer mais les places de Parking sont rares en saison .
Grand bleu, Eole en vacances + un léger courant porteur = 30 mn pour aller jusqu’au ilot du verdelet en face de pleneuf et 1h00 pour tracer vers la point d’Erquy
Arrivée à la pointe recherche de la plage magique non nudiste et pause déjeuner + sieste, baignade, plongée, …
on est tellement bien que l’on traine un peu , résultat embarquement à 15h00 pour le retour.
la traversée de la baie de Erquy est un peu longue et au moment d’arriver à Erquy , un petit coup de vent nous surprend.
il est 17h00 (l’heure de PM) et le K2 met son moteur avant en mode économie d’énergie . Le passage de la pointe de pléneuf n’en sera que plus vivant!!!
Arrivée dans notre charmant petit port, où nous avions pris soin de nous garer en face de la crêperie en prévision d’un gouter .
Pas de chance la crise de l’emploi est aussi dans le 22 et le cuistot n’embauchera qu’à 19h00.
20220724_131300.jpg 20220724_131300.jpg (347.67 Kio) Vu 399 fois Reste plus qu’à renter à rennes toujours sous le soleil en laissant Muriel à pleumeulec

Queyras juillet 2022

Dimanche 3 juillet

Matin descente du bassin de l’argentiere jusqu’à la roche des rames pour mettre toutes les équipes en place. Le bassin possède ses surprises et Bernard et Marie ont décidé de tester leur nage dans le bassin. Le reste de la descente se passe sans encombre.
L’après midi, nous continuons l’exploration de la durance sur la partie du bassin de saint clément à la vague du rabioux. Navigation tranquille sous le beau soleil des Alpes. La vague du rabioux a piégé Bernard avec le devoir de nous offrir une nouvelle collation. Le bar du rabioux ayant été dévalisé par des allemands, nous n’avons pas pu fêter les bains.

Lundi 4 juillet

Nous décidons de partir pour la journée sur la Guisane. Haute Guisane le matin pour tout le groupe. Une partie du groupe se lance sur le rapide du casset avec un petit bain pour Marie sans gravité. Les niveaux d’eaux sont bas mais la Guisane est toujours aussi jolie avec le point culminant du passage des guibertes qui passe à la nage pour Cristelle et Bernadette.
L’après midi un groupe plus réduit (Victor, Emmanuel, François et Vincent) se lance sur la basse Guisane. Découverte pour Emmanuel qui a souhaité connaître la rivière plus en profondeur avec deux bains sur la descente mais il avait prévu son coup et avait ramené une bouteille de Chartreuse pour les assoiffés que nous sommes.

Mardi 5 juillet

En raison des niveaux d’eau faible sur la vallée de la durance et ne pouvant pas aller jouer sur l’Onde et la Gironde, le camp se déplace au lauzet sur l’Ubaye avec une visite chez Reglisse pour étoffer le matériel de nos équipes. Nous prenons la route le matin pour aménager le camp le midi. Une partie de l’équipe embarque à martinet pour un martinet lauzet des classiques. Les niveaux sont bas et ça frotte mais tout se passe à merveille. Heureusement François est là pour piéger victor quand il faisait sa reprise pour l’emmener à l’eau, l’esquimautage ne passe pas et notre valeureux Victor après 2 semaines dans les Alpes sans soucis voit son compteur à bain passer à 1. Nous récupérons Marie, Bernadette et Bernard au camping pour aller affronter la petite gorge.Marie à son habitude se prend un bain dès le début mais elle venait d’acheter un nouveau gilet, c’est normal de l’essayer. Bernadette regoute aussi à la nage ainsi que Bernard à l’arrivée. Le bateau a été sauvé in extremis pour l’éviter de partir sur les ex du bas.

Mercredi 6 juillet

Embarquement sur martinet le lauzet avec toute l’équipe sauf Bernard, Marie éclate les compteurs avec 4 bains dans la descente, Vincent éclate son bateau qui repart chez Loic des vagues à bons pour être réparé à nouveau. Bernard rejoint le groupe pour aller descendre la petite gorge. L’après midi, un nouveau martinet le lauzet avec un deuxième groupe composé de Marie, Bernadette et Bernard qui rejoigne le groupe pour faire la gorge. Marie reprendra un bain.

Jeudi 7 juillet

Notre groupe d’assoiffé toujours à la recherche d’eau part à bourg Saint Maurice en laissant Victor au camping de la roche des rames.
Après 4h de route, une petite équipe composée de Cristelle, Frécho, Manu, François et Vincent partent sur une balade Bourg Saint Maurice, la base des gothars. L’équipe un peu refroidit par la route se fait surprendre en arrivant tous en bouchon dans un trou avec un verdict pour Cristelle qui se retrouve à nager.

Vendredi 8 juillet.

Les corps commencent à être fatigués et Vincent se prend une journée de repos en raison d’un mal de dos. Le matin une équipe de choc composée de Frécho, Marie, Manu et François partent sur Aime Centron avec un bain pour Cristelle. L’après midi, toute l’équipe à l’exception de Cristelle et Vincent partent pour Bourg Saint Maurice, la base des gothars avec un bain pour Bernadette.

Samedi 9 Juillet

Les corps sont encore plus fatigués et on ne prévoit qu’une navigation pour Bourg Saint Maurice, la base des gothars. Bernard prend un bain suivi d’Emmanuel qui se fait renverser dans des branchages en essayant de récupérer le bateau. L’après midi est plus calme avec une randonnée dont nos cueilleurs nous ont ramené des framboises pour agrémenter le dessert du soir.

Rennes à la pagaie

La manifestation Rennes à la Pagaie, organisée par le CDCK 35 le 18 Juin dernier s’est bien passée. Le matin 61 personnes présentes pour 65 inscrits, et l’après midi 55 présents sur 66 inscrits. Ce qui fait 116 participants sur la journée. Le parcours : entre la plaine de Baud et les jardins de la Confluence, au bout du mail, possibilité de navette en Bus.
Certains clubs du 35 les plus proches étaient impliqués, ils prêtaient des embarcations ou des cadres sur l’eau ou sur terre : KCR, REN, TEV, CKCIR, CKPB.
TEV était bien représenté, sur l’eau Frecho le matin, Marie toute la journée, Jean-Pierre l’après midi, comme barreuses Louise d’un canot bus et Mélanie du dragon boat du CDCK, à la logistique Marco et Bernadette.
Sur l’eau il y avait deux dragon Boats, un canot bus 12 places, un C8 canoé 8 places, deux pirogues de 5 places, et des petites embarcations : Sit on top 2 places ou une place, des kayaks de mer et canoë open. L’écluse était bien pleine.
Il a fait chaud l’après midi, mais sur l’eau c’était tout à fait supportable, avec un petit vent agréable.
Une journée bien remplie, les personnes du public étaient contentes, même les 5 qui sont tombées à l’eau d’une pirogue.
La communication sur l’évènement était pilotée par des 3 étudiants de l’IUT GEA de Rennes, tutorés par Marco. Ils ont rédigé un dossier de presse, confectionné des affiches et des flyers, pris des contacts avec la presse locale, le Rennais, Ouest France et avec des radios locales « canal B » , Radio France Armorique. Pris contact également avec la STAR pour demande de partenariat sur l’évènement.
Lien pour l’emission du 16 Juin à Canal B. http://canalb.fr/larene/2581

Golfe du Morbihan

Très belle journée de grand soleil. RV à 8h30 au Club, pour 12 personnes. Chargement de la remorque mer avec 11 bateaux, 1 K2, avec exceptionnellement deux shorelines polyeth chargés sur la barre du haut. C’est pratique car celà évite de prendre une autre remorque.
Départ du club à 9h, arrivée à 10h30 à la cale de Montsarrac où nous retrouvons Didier et Maryse.


Embarquement vers 11h pour l’île d’Arz, il fait très beau et le vent est faible. Cap sur la pointe de Bilhervé. Après 1h15 de navigation tranquille nous débarquons à la cale de Pen Raz sur l’Est de l’Ile d’Arz. Petit bain pour certaines, eau très agréable en température. Pique-nique sur le muret, sous les pins. Promenade dans l’île pour ceux qui veulent. Puis départ pour le tour de l’île d’Arz en passant par le sud de l’île, puis en longeant la côte ouest. La marée est déjà montante, et le vent s’est renforcé, un bon force 3. Arrivés à la pointe Nord de Beluré, nous faisons un cap sur l’entrée de la rivière du Passage. Le vent s’est encore renforcé plutôt du 4, il y a des petites crêtes blanches, il est de ¾ arrière. Le courant et le vent nous aident à progresser mais c’est dur de maintenir un cap. Arrivée à la cale de Montsarrac vers 17h.
Retour à Tizé à 19h, rinçage et rangement. Les troupes sont fatiguées.

Ont participé à la journée : Marie-Hélène, Thérèse-Anne, Thierry, Jean-Pierre, Bernadette (R1), Luc, Claude, Hubert, Marie, Norbert, Pierre, Didier et Maryse.

Bilan, environ 20 km parcourus sur l’eau. Belle journée ensoleillée et ventée dans l’après-midi. Secteur bien adapté pour des débutants ne connaissant pas le milieu marin.