Ouessant 30-31/05/2022

Sortie Ouessant des 30 et 31 mai 2022.Le compte rendu Jean Pol de KMCE:
Un coup de fil : « Tu veux faire un tour à Ouessant ? ». C’est Hervé mon copain de KMCE qui me fait part de la proposition de Patrick de TEV . Même pas de concertation familiale, c’est oui et le surlendemain nous nous retrouvons sur le quai d’Argenton. Ouessant est dans le couché de soleil, devant un verre, 3 kayakistes causent, cap, météo, Fromveur, quand, survient Bertrand, le quatrième larron, également Teuvien. Le cadre est là, l’équipe aussi, nous sommes comme les maçons, au pied du mur.
Lundi, 8h30, le départ. C’est cocasse, l’île, par sa forme, ressemble à un crabe (ses deux pinces enserrant la baie de Lampaul), et bien, c’est en crabe, dans notre jargon faire un bac, que nous atteignons notre but. Le temps est beau , la mer belle, nous glissons sur l’eau et, 3h15 plus tard, nous doublons la pointe Sud Est de Ouessant. La féerie minérale commence, mais, pas de spot pique-nique en vue. Il nous faut nous résoudre, malgré nos estomacs affamés, à poursuivre notre navigation jusqu’à la plage du Prat dans la baie de Lampaul.
Nous repartons, bien requinqués, pour affronter la partie Nord de l’île. Là, Patrick m’explique que la pointe de Pern au Nord Ouest est parfois, un peu bougeante… j’ai de grosses lacunes en « rivière », aussi je stresse un peu. Finalement, c’est comme il a dit, mais, on est encore en début de marée et la mer est calme, donc, ça le fait sans encombre, mais. pendant ¼ d’heure, j’ai un peu négligé le paysage, pour me concentrer sur mes appuis. Le panorama est superbe, on est sur une autre planète, on a l’impression d’être les premiers, de la roche partout, il fait beau, mais on ne peut s’empêcher de penser que souvent ici, les éléments se déchaînent et, alors là……….
Nous continuons notre route, Bertrand prend plein de photos, les autres restent muets d’admiration, chacun engrange son plein d’images et d’impressions, nos bientôt 7h de navigation ne nous pèsent même plus. Arrive enfin, après le tour de l’île de Keller, notre point d’étape, une site improbable, un endroit de bout du monde, un lieu sauvage comme pas possible. Ultime supplice, un passage sous arche et une navigation souterraine d’une cinquantaine de mètres, avant d’atteindre la cale de Calgrac’h, une cale bien pentue où nous devrons nous mettre à 4 pour porter chaque kayak.
Les bateaux mis en sécurité, nous redevenons terriens. Pour faire simple, après une sympathique discussion avec le pêcheur du coin, nous filons jusqu’au bourg de Lampaul pour faire fructifier l’économie locale, à savoir le pub et la crêperie. Les tentes montées, la séance de TaÏ Chi terminée, c’est, un petit réconfort à la main, que nous guettons le « rayon vert » d’un magnifique couché de soleil. keller.jpg keller.jpg (300.72 Kio) Vu 685 fois Le lendemain, nous avons à nouveau droit au soleil, mais à l’Est ce coup-ci, Bertrand en a profité pour faire un long footing. Nous reprenons notre périple autour de l’île, le courant ne nous est pas favorable et le passage de l’île Cadoran (Nord Est) s’avère un peu délicat, mais le paysage est toujours aussi grandiose. Puis, c’est le port du Stiff, où, un dauphin joueur et peu farouche parachève de manière phénoménale notre circum navigation. C’est dans l’anse Ar C’hromm que nous découvrons une petite grève pour casser la croûte et attendre la renverse de la marée.
Top départ. Malgré force peu de vent, et un début de marée, le Fromveur chahute déjà. En guise d’au revoir, un Fulmar Boréal vient nous saluer et nous repartons pour 12 miles de navigation « en crabe ». La mer est belle, aux coups de pagaie qui se succèdent, Bertrand rajoute des coups de fil à son boulot (il est beau le télé travail!!!!) et, peu à peu, le phare du Four grossit à l’horizon. A mi parcours, les Océanites tempête que nous avons croisés à l’aller, se manifestent à nouveau, nous les laissons à leurs jeux et approchons du but. Perdu dans les cailloux, le port d’Argenton se fait un peu désirer, mais après 3h40 d’efforts nous touchons enfin la cale d’arrivée. Une petite bière, de cordiales salutations, des promesses de futures nav, les bateaux chargés, c’est parti pour un long trajet retour en voiture, les yeux plein d’étoiles et de paysages fabuleux, ivres de nature sauvage et de souvenirs fantastiques.
Merci Patrick pour ta maîtrise, ton expérience et ta bonne humeur partagées, j’espère, qu’avec Bertrand et Hervé nous ne t’avons pas déçu et que tu penseras à nous pour une future balade aussi exceptionnelle. Tout fut parfait, on pourrait dire « sous contrôle » car Dame Nature nous a permis de l’approcher dans sa suprême beauté. Si tel n’avait pas été le cas, on n’ose y penser. Aller à Ouessant, c’est une grande école de modestie, il faut un sage meneur (Patrick ce coup ci), des planètes bien alignées (comme on dit), du grand beau temps, un coeff de marée raisonnable, de la bonne humeur, un groupe homogène et aucun pépin majeur. Après, ce n’est que du bonheur et……il était bien d’y être ces 30 et 31 mai 2022. Après de savants calculs Hervé estime que nous avons parcouru 38 miles nautiques en 2 jours (70 km).

Chausey 17-18/05/2022

Rdv club 7h50. Le chargement ayant été fait la veille, on est parti avant 8h et sommes à Donville vers 9h30. Le temps de charger et il est 10h15 quand nous mettons le premier homme à l’eau. Comme il y a un peu de houle nous le propulsions à la main . Une grosse vague arrivant avant qu’il n’ait mis sa jupette, il embarque 10 litres d’eau dans le cokpit mais ça passe. Instruits de sa mésaventure nous prenons notre temps et tout se passe bien.
La traversée est agréable et rapide puisque nous nous doublons les huguenants en deux heures en suivant de loin un trois mat qui tire un bord et finit par se poser devant nous dans le sound. marité.JPG marité.JPG (289.04 Kio) Vu 774 fois Nous posons à Ancre pour le pique-nique. Comme les deux maisons sont occupées et que nous ne voulons pas d’histoires avec les proprios de la cabane, nous allons nous poser à l’ouest.
Nous repartons poussés par le jusant et contournons Grande Île par le sud. Nous repérons la plage sous le phare pour un éventuel bivouac et décidons de continuer vers le Nord jusqu’au sémaphore. Nous voyions un zozo arrimé à une vedette et saluons poliment . Oups ! Ce sont les affmars en train de contrôler un plaisancier. Ils répondent à notre bonjour et nous n’insistons pas car le bateau de Michel n’est pas immatriculé….
Nous faisons du rase cailloux jusqu’à la plage du sémaphore, le paysage est devenu lunaire. Superbe ! Michel cherche le passage du Nord Est et croit le trouver. Mais il doit renoncer. A PM+6 coeff 100, il ne reste plus beaucoup d’eau dans l’archipel.
Nous finissons par nous poser et faire un peu de pêche à pieds. Bilan 3 praires, 1 palourdes et 5 coques. Nous mangeons les 3 praires et la palourde.
Nous estimons que les affmars ont fini leur journée et décidons d’aller nous poser sur la plage du phare.
Elle est pentue et le portage se fait facilement. Nous laissons les bateaux à gauche de la plage et allons chercher un resto.
Celui du fort et des îles est une valeur sûre et nous y mangeons très bien. Michel a une touche avec un serveur et le passage à la caisse est carrément torride. Un mot, un regard auraient suffi pour ne pas avoir sa tente à monter mais il ne les prononça pas et l’affaire se dégonfla aussi vite qu’elle était montée.
Au retour, nous hésitons à continuer la promenade mais la proximité de la pleine mer nous incite à la prudence. Bien nous en prend car l’orage qui était prévu finit par nous tomber dessus à l’improviste en plein montage de tente.
Nous nous tassons dans le deux tentes montées en attendant la fin de l’orage en surveillant la pleine mer. Rapidement la menace des eaux s’éloigne, nous montons la dernière tente et dodo ! menacés par les eaux.jpg menacés par les eaux.jpg (398.88 Kio) Vu 774 fois La pluie et l’orage nous bercent une partie de la nuit et il faut attendre 8h avant que nous ne puissions sortir de nos tentes .
Pendant que je prépare le petit déjeuner, Michel se prend pour Hulk et arrache son support de trappe arrière en l’ouvrant.
Heureusement, il a du bon Scotch et avec un sac poubelle, réussit une réparation de fortune. Nous embarquons à PM-1 avec un mini portage. Arrêt au château de Louis Renault avant de repartir vers le passage du Nord Est qui est beaucoup plus accessible qu’hier. Nous faisons tranquillement le tour de grande île et rejoignons Ancre pour y pique niquer.
Les courants n’étant favorables que vers 18h nous décidons de partir vers 14h15 d’Ancre et de tenter notre chance en remontant à 100. Un petit vent de travers aide bien le voileux. La traversée se déroule bien jusqu’au moment où nous rencontrons des courants importants qui nous rabattent Sud. les trois derniers km sont un long bac contre le vent et le courant. Au bout de 3 heures nous arrivons sur la plage de Donville. mais nous ne sommes qu’au milieu de nos peines car la plage est beaucoup plus plate que je ne pensais et le portage est long, long, long. Nous l’attaquons tranquillement après une BDE et nous mettons quasiment 1h30 à rejoindre la cale. Le temps de charger et de rentrer il est 21h 15 quand nous quittons le club.
Très belle sortie pleine d’enseignements. Chausey en vives eaux c’est très agréable, Le changement de paysage est phénoménal; on a du temps. Faut juste éviter la galère du portage final en choisissant une PM St Malo vers 18h par exemple ou embarquer du port de Granville qui est équipé en fonction du marnage.

La Guimorais 12/05/2022

5 partants de Tizé + 2 frères de la côte, nous étions 7 à partir de la Guimorais. Le tour de l’île Besnard nous fait prendre contact avec les éléments: une houle de un mètre qui génère un bon clapot.
Poussés à par le flot et le vent nous avançons vers la pointe du Meinga. Derrière nous trouvons quelques surfs sympas.
Noud longeons la côte mais la houle nous empêche de nous rapprocher trop. Les passes à cailloux sont trop rock & roll au sens propre. cote N.jpg cote N.jpg (119.99 Kio) Vu 676 fois Nous nous regroupons avant la pointe du Grouin qui se passe dans difficultés après un grand virage pour éviter l’entrée.
Nous nous laissons descendre jusqu’au sud de la de l’île des Landes. Là, une scission à lieu entre ceux qui ont leur dose et ceux qui ont encore envie de pagayer. Les derniers longent l’île et vont voir les courants.
Retour Port Picain, navette, gouter et bde. Merci Yves et Didier.

Sept-Îles Port Blanc

Rdv club 7.45 , jonction Ploumanac’h 10.15 pour premier coup de pagaie 10.50, Pm-10 mn. Pas trop mal !
Beau temps, petit vent 3bft dans le nez. Nous prenons le temps de repérer l’île aux moines, Bono, Malban et Rouzic avant d’engager la traversée. Une heure plus tard nous débarquons à la caserne de l’île aux moines.
Nous nous octroyons une heure pour manger et nous promener. Ce qui nous permet d’aller faire le tour du fort. Pour une visite exhaustive, il faudra avoir plus temps car la marée n’attend pas.
En montant vers Rouzic nous voyons plusieurs phoques soit dans l’eau, soit se gralant sur des dalles au soleil.
Nous arrivons sur Rouzic et tombons sur une bande de guillemots et de torda. Puis c’est le passage de l’arche avec les milliers de fous dont certains sont encore en train de construire leurs nids. arches 7 îles.jpg arches 7 îles.jpg (219.09 Kio) Vu 765 fois Au sud nous retrouvons des phoques et un groupe de macareux qui font la joie d’Alain. DSCF9939.jpg DSCF9939.jpg (60.17 Kio) Vu 765 fois Le retour est expédié en 1h30 à la faveur d’un petit vent du Nord qui gonfle nos voiles. Retour en ordre dispersé. Appel VHF sans succès. C’est bien les copains d’acheter une VHF pour la sécurité. Encore faut-il l’allumer, ça les use pas !
Nous chargeons et partons, sous la direction de Henri vers Pors Bugeles.
Restau Ar vag à Plougrescant, un peu bruyant au début mais à recommander : le chef s’est fait tatouer une étoile en attendant celle du Michelin.
Balade de fin de soirée sur le cordon des Illiers avant une nuit calme sur le parking des remorques, endroit aussi à recommander.
Petit déjeuner à 8h avec grand choix de victuailles avant d’embarquer au port. Les conditions sont plus rudes que la veille. Nous nous laissons pousser vers l’ouest à l’extérieur car le lagon de Port Blanc n’est pas encore accessible. Nous y faisons une incursion sur le chemin du retour. Après quelques hésitations sur le lieu de pique nique, nous nous posons au cordon des Illiers et y mangeons à l’abri du vent de Nordé avant de rembarquer pour le port. pique nique.jpg pique nique.jpg (294.49 Kio) Vu 765 fois Chargement, dispersion, nous arrivons vers 17.30 au club.

Sortie CDCK 35

Voilà, le week-end CDCK 35 est terminé !!!

😃

Après un RV manqué

😄
😄
😄

, le vendredi soir, pour le chargement , 6 Teviennes – iens s’étaient levés très tôt, pour charger remorque et kayaks…

Départ avec un 1/4 h d’avance… Arrivée au camping du Tindio vers 10 h 00 où nous retrouvons Claude, Norbert et son Epouse…


Montage du camp, arrivée de Rennes Evasion Nature et de Montfort/Meu… Pique-nique au soleil au camping…


Un groupe composé de Sabrina, Olivier et Fabrice (REN) partent taquiner le courant de la Jument et la vague de Berder.


13 h 15 : direction la cale du Bilouris pour le reste du groupe. Déchargement, nous embarquons à 13 h 45 pour un tour de l’île aux Moines par l’ouest piloté par Marie-Astrid dans le cadre de sa formation MFPC…

Nous longeons l’île aux Moines jusqu’à la pointe nord de l’île (pointe du Trec’h)). Arrêt sur une petite plage (cale du Tre’ch), balade pour voir le passage de la balise de la Truie et des courants du Golfe.

Nous rembarquons pour redescendre l’île aux Moines par l’est. Après la pointe de Brannec, on commence à sentir le courant. Arrivés à la pointe du Nioul où le courant de la montante est puissant, nous longeons, au plus près, l’île aux Moines avant d’entamer un bac dérivant vers la pointe St Nicolas, et nous mettre à l’abri dans l’anse de Kerners (Bravo à Pascaline de Montfort

👍

)

Arrivée à la cale du Bilouris vers 18 h 00 …

Retour camping, temps libre, avant la préparation de l’apéro offert par le CDCK 35… Repas sympathique des Clubs avec concours de rougaille/saucisse, cakes salés, teurgoule, far et autres …

🎂
🎂

Nuit fraîche !!!

Réveil 8 h 00 … Petit déj et démontage du camp…. On constate une couture qui se découd sur la nouvelle tente

😡
😡
😤
😤

.

Migration vers le passage St Armel … Un peu le bazar pour stationner… Heureusement, on s’était changé au camping avant de partir… Débarquement des kayaks … 11 h 15 sur l’eau … Direction l’île d’Ilur… Débarquement sur la plage près du village… Mauvais choix car un peu vaseux… Visite du village et on repart vers la plage de l’île d’Arz (l’île de l’Ours en breton) … Pique-nique dans le petit parc qui domine la plage… Pique-nique, sieste, visite du village sous une belle météo… Retour vers 14 h 30 pour le passage Saint Armel… Le vent est tombé, nous naviguons sur une mer d’huile… Arrivée vers 15 h 30…. On se change, chargement rapide des remorques car les places de stationnement sont chères !!! On migre un peu loin, dans un petit champ pour un goûter de kouing-amann/thé apporté par Maryse et Didier (merci à eux)…

😃

Le goûter de ce week-end CDCK 35 !!!.JPG Le goûter de ce week-end CDCK 35 !!!.JPG (1.37 Mio) Vu 839 fois
Dispersion des troupes et retour au Club vers 18 h 30 …

Bref, un beau week-end de kayak … Merci à tous de votre participation, d’avoir respecté le timing avec la devise du week-end :


« TEV, toujours un temps d’avance !!! »

A bientôt sur l’eau …. Thierry …

;)

Le groupe !!!.jpg Le groupe !!!.jpg (482.27 Kio) Vu 874 fois
Ont participé : Montfort sur Meu : Pascaline, Fabrice, Jean-Luc, Jacques

Rennes Evasion Nature : Marie Astrid, Sabrina, Olivier, Fabrice, François

Thorigné Eaux Vives : Marie, Muriel, Maryse, Didier, Norbert, Claude, Emmanuel, Luc, Frécho, Bernard, Dominique, Thierry

Soit 21 personnes !!!

Les comptes :

Camping : 7,35 €/personne

Transport TEV : 311 km x 0,07 cts = 21,77 €

BBR : 21,77 €/personne x 6 = 130,62 €

Gas oil BBR : 100,00 €

Virement fait au Club : 30,62 €

Vézère 2022

Hello ci-dessous un petit CR de notre expéditions sur la Vézère

😊

Nous aurions dû être 7 au départ de Rennes, mais Mr malchance est passé par là. Résultat 2 forfaits (Marco pour COVID et Olivier sur blessure)…

Bon donc 5 au départ mardi soir. Arrivé au camping de Treignac vers 1h du matin. Le gérant nous avait laissé la porte ouverte. Nous avons planté quelques tentes et dodo. Alain et Lisa étaient arrivés dans l’après-midi.

Yves et France auraient également dû nous rejoindre, mais Yves a également déclaré forfait sur blessure.



Mercredi matin, montage du camp, courses et petit décrassage pour moi. Il fait un peu frisquet, le temps est légèrement couvert. Au final, ce sera la seule journée un peu grise. Le reste du séjours s’est déroulé sous un grand ciel bleu, un soleil magnifique et des température quasi estivales…



Mercredi après-midi première intégrale. Petit bain pour moi dans un stop histoire de me rafraichir les idées.

Les jours suivants les descentes s’enchainent au rythme de 2 intégrales par jours et 3 le dimanche. Il y a pas mal de descendeurs et on fait amis-amis avec un petit couple d’Allemand qui au passage nous claironne quelques « Go away » agrémenté d’un aimable « Fuck you ». Bon, ca c’est pour l’anecdote. Au final la cohabitation avec les descendeurs s’est plutôt bien passée ; surtout pour Patricia qui en a profité pour valider haut la main son esquimautage en eau vive, y compris dans les Serpents et dans le Saut du Loup cher à notre amis Frécho

😉

Théo nous a rejoint de vendredi soir pour passer le week-end avec nous. Jérôme à malheureusement déclaré forfait pour la même raison que Marco… dommage.



Lundi les parcours Haute Vézère sont fermés pour cause de course. Sur le chemin du retour nous en profitons pour tester la portion Vigeois-Estivaux. 5* pour la vue. Une navigation plus tranquille qui permet de remettre Lisa en confiance après 2 gros bains les jours précédents. Nous reprenons la route vers 17h pour une arrivé à Tizé à 22h30.



Comme il s’agissait d’un stage TEV, nous avons donc particulièrement bien mangé. Un grand merci à nos cuisto de choc : Eric, Vincent et Patricia

😊

Pour finir, quelques photo de notre périple…
image001.jpg image001.jpg (319.69 Kio) Vu 971 fois Nos agapes image003.jpg image003.jpg (251.81 Kio) Vu 971 fois alimentées d’un cru à l’effigie du héro local


image004.jpg Le bateau de nos amis Allemand après notre explication sur les priorités amont-aval…




image006.jpg Et enfin, la Vézère sans effort, mode d’emplois…

😊

Merci à tous pour cette super semaine avec en prime le beau temps au rendez-vous.

Rance

Une sortie organisée par Alice, qui a regroupé au total 16 personnes, une bonne partie issue du groupe régulier du samedi, et quelques autres camarades ayant rejoint le groupe pour l’occasion.
Entrée Cale des Vigneux de la Ville-Es-Nonais vers 11h, avec une mauvaise surprise : un kayak de moins que le nombre de participants. Marco se rendra à Saint-Suliac louer un kayak où nous le rejoindrons sur l’eau.
Nous continuons à remonter vers le nord, passons l’oratoire de Grainfollet et piquons vers l’Est direction la plage du Vallion où nous nous installons sur la cale pour pique-niquer au soleil. Au retour nous faisons le tour des deux petites îles proches de la pointe de la Roche du Port, avant de s’engager sur la rive Ouest de la Rance avec un vent de nord-est qui s’est levé, provocant un léger clapot.
Dernière petite aventure avant de revenir à la cale des Vigneux, un petit détour via le « campement viking » où nous nous égarons un peu (avec plaisir) dans le labyrinthe avant de faire demi-tour.
Retour au club, kayaks et matériel rincés et rangés à 18h. 13€50 par personne, location du kayak à Saint-Suliac comprise.
trace-gps-17,7km-5h21.jpg

Stage Fler-Chéran Avril 22

Nous étions 8 à 8h à Tizé. Objectif : rejoindre l’île de la Serre pour 2 jours d’échauffement avant de pagayer sur le Fier et le Chéran.
Les conditions météo annoncées sont mauvaises mais la route se fait bien jusqu’à Roanne. Là on voit de plus en plus de neige sur le côté. Arrivés vers Tarare c’est très blanc. Nous faisons notre BA en dépannant un gazier qui n’a pas de cric et repartons sur l’autoroute sous une tempête de neige. Heureusement ça ne detient pas sur la route et nous suivons la saleuse.
Ça se décante après le passage du tunnel qui bascule sur le Lyonnais Nous arrivons vers 18h. Nous prenons le temps d’aller repérer le stade d’eau vive avant de nous installer car Manu et Théo de REN, arrivés de Grenoble ont fait les courses et avancé le chantier.
Dimanche, nous sommes prêts à embarquer à 10h. Une équipe se concentre sur le bas du bassin tandis que le reste du groupe va affronter le haut. Il y a de beaux trous suivis de rouleaux qui ne demandent qu’à vous rouster.
D’autant plus que le niveau est 20 cm plus élevé que d’habitude.
Quelques bains sont à déplorer et Théo REN se tord méchamment la cheville. Fin de partie pour lui.
L’après midi ressemble beaucoup à la matinée. La température est bien meilleure que prévue et nous nous régalons sur l’eau. Un nez rencontre une pointe de bateau sans trop de gravité.
Le dahl de lentilles corail est bien apprécié avant une soirée jeux de société.
Lundi nous embarquons à 10h pour une séance unique. Il fait beau et l’eau a baissé. Nous connaissons le bassin par cœur. Tout se passe bien avec quelques bains.
Gadet qui va nous guider sur le Fier et le Chéran nous retrouve pour naviguer.
Nous sortons de l’eau a 13h30 pour profiter d’un barbecue avant de prendre la route.
Nous roulons 2 heures le long du Rhône, du lac du Bourget avant d’arriver au gîte des Pralets à St Eustache.
C’est carrément luxueux pour nous. Au menu, daube de veau maison faite par la maman de Théo qui nous a quittés pour soigner sa cheville.
Mardi nous décollons du gîte à 9h pour nous retrouver route de Chavaroche. Nous embarquons à une restitution après un chemin pentu qui nous emmène au fond de la gorge.
Nous embarquons au pied d’une cascade chevelue.
La descente est très agréable dans un cadre magnifique, petits rapides entrecoupés de planiols.
Attention toutefois au rapide sous le troisième pont de chemin de fer. On ne voit pas la sortie et il y a un moche rappel.
Nous mettons en place une grosse sécu pour faire passer tout le monde en sécurité au milieu.
Nous débarquons chemin du moulin à Hauteville sur Fier et pique niquons sur la plage.
L’après midi est consacrée à une visite du site aménagé des gorges du Fier.
Fin d’après midi au jacuzzi pour ceux kinenveulent.
Rougail saucisses au menu.
Mercredi, le niveau ayant monte sur le Chéran nous embarquons à Cusy près de la cabane des pêcheurs pour le moyen Chéran. C’est un parcours facile cl 3 mais très engagé car au fond d’une gorge inaccessible et il y au km 4 un infran très dangereux. Il faut passer un moulin rive gauche et faire le stop après un gros bloc rive droite suivi d’une avancée rive gauche. Le portage est sportif nous sortons les cordes tellement c’est raide.
Un rapide dont la sortie est compliquée par un arbre dans la passe oblige à mettre une sécu.
Nous arrivons à la rue à Bernard. La sortie ne nous inspire pas et nous portons. Un petit regret, car vu d’en dessous, ça paraît plus simple.
L’arrivée sur Alby est splendide. moyen Chéran.jpg moyen Chéran.jpg (358.87 Kio) Vu 1208 fois Nous y retrouvons le reste du groupe pour un pique nique au soleil. Dommage qu’il faille remonter les bateaux ,recharger la remorque et traverser le village car il faut éviter un barrage infran.
Nous embarquons sur le bas Chéran pour un parcours dans une gorge splendide. À 8 m3 c’est un parcours 2/3 très facile mais le paysage est très particulier. Nous sommes dans une gorge en grès tendre qui recèle des curiosités géologiques et biologiques dans un site grandiose. Pour les férus de géologie, nous traversons la ceinture de molasse périalpine.
Jeudi, le niveau a monté à 10 m3 sur le Fier. Parfait pour le classique Dingy / pont de Brogny. Un rapide à 400 m du départ pimente le parcours 2/3 parsemé de rapides faciles.
Débarquement sous une pluie battante, nous sommes contents d’aller bivouaquer chez Gadet dans la montagne.
Soirée resto après une visite rapide du vieil Annecy.
Vendredi, c’est rando pédestre. En effet, la grosse pluie de la veille sur la neige fraîche a déclenché une grosse crue. Fier et Chéran sont montés à 60m3. Nous allons nous promener au pont de l’abîme et au chaos du Chéran. Retour au chalet pour préparer notre départ, acheter du fromage et s’occuper de la raclette. Gadet nous retrouve pour une soirée, jacuzzi et raclette bien arrosée.
Samedi on rentre.
Bilan du stage : très positif. Nous avons découvert le stade d’eau vive de l’île de la Serre qui est un bel outil. Toujours intéressant d’y passer deux jours avant d’aborder un stage eau vive.
Nous avons ajouté deux rivières au palmarès de TEV.
Mention particulière pour le Chéran dont les gorges sont magnifiques. bas Chéran.jpg bas Chéran.jpg (112.58 Kio) Vu 1208 fois Les stats: 11 participants, 2039 km pour 438 € avec hébergement en dur et un bon restau. Solde club 474 € plus les pleins GO et ADblue faits à l’arrivée.

Cézembre 27/03

bonjour a tous !! nous étions quatre a partir du club a 09h30 direction la plage du pissot au bord du barrage de la rance ! en partant nous voyons un gros oiseaux voler a la sortie du manoir !! c ‘ est quoi ?? que voila une bonne surprise un cigne dans son envole !! chose rare !! ça commence bien !!
nous arrivons a la plage sur les coups de 10h30 les conditions sont excellente !!

:D

ç était le jour ou il fallait aller en mer !! nous rencontrons un canot de la snsm qui nous demande de rester coté babord des bouée des gros bateaux car il y a une régate d ‘ aviron ! passer la pointe de Dinard nous piquons sur la bouée le buron et traversons le chenal direction cézembre surprenant il y a pas de bateaux a circuler !! arrivé a cézembre sur les coups de 12h30 on mange tranquille puis nous partons pour nous balader un petit coucou au gas du club de Monfort qui sont en ballade comme nous direction le petit sentier et la déception !! il est fermé pour cause de nidification !! bon un petit tour sur le point de vu au dessus de la plage !! nous apercevons un kayakiste solitaire mais on le connait !! petit coucou au papa de Yael jeune hardèrent au club !!
retour tranquille cap sur l ‘ ile du buron puis nous longeons la cote pour rêver un peu sur les villa !! nous allon faire un tour dans la baie de dinard ou nous longeons la cote !! puis nous repassons la pointe de la vicomté pour rejoindre la plage ! arrivé sur les coups de 15h45 débarquement traditionnelle thé et gâteaux puis retour a 17h30 au club en évitant les bouchons !!
bilan une bonne sortie au prix de 10 euros ç était vraiment le moment d’ aller en mer petite reflexion le manque de débutant est dommage je pense qu’il faut proposer ce genre de sortie le samedi occasionnellement voila ! voila !!

Baie de Saint-Malo

Nous étions 5 au départ de Tizé et nous retrouvâmes 4 frères de la côte cale du naye à 14h. Premier coup de pagaie 14h30 suite à un problème de parcmètre récalcitrant. Guidés par nos anges locaux nous filons vers l’Est en direction de la Crolante, la tour blanche qui se trouve au large de la pointe de la Varde. Nous affrontons un petit courant de jusant (coeff 57) jusqu’à retrouver un contre au niveau du Sillon. Les conditions sont magnifiques. Une petite houle déferle à la Hoguette. Un brave s’y frotte avec un succès mitigé … IMG_2810.jpg Nous nous regroupons à la Crolante et décidons d’aller à Cézembre par la Conchée que certains ne connaissent pas.

IMG_2826.jpg Portés par le courant nous y sommes en une petite heure, y compris le tour de la Conchée. Pose technique et madeleine à Cézembre. Pendant ce temps le vent de Norde se lève et commence à lever la mer du fait de la vidange du barrage de la Rance. Le retour sera donc plus sportif. Il faut lutter contre le courant dans des vagues courtes et sèches ainsi que gérer le vent de trois quarts arrière qui rend les bateaux ardents. Qui regrette un peu d’avoir pris un bateau instable, qui regrette que le shore line n’ait pas de dérive. Emmanuel apprend donc à jouer sur l’assiette de son kayak pour ancrer l’arrière du bateau et le rendre moins ardent. Les choses se calent et nous arrivons au calme au petit bé au bout de trois quarts d’heure d’effort et à la cale du Naye un quart d’heure plus tard. Nous avons parcouru 19km en 3h15.
Là, le groupe se disperse. Nous sommes quatre invités par KMCE à aller faire de l’esquimautage à Aquamalo, la nouvelle piscine de St Malo. Nous allons manger chez Vv qui habite pas loin et nous sommes à 20h15 à la piscine. Là, Philippe qui n’a pu se joindre à nous pour l’après midi nous retrouve. Au menu, révision ou apprentissage de l’eskimo avec des succès divers, découverte de la technique de récupération Hill Hook, la plus efficace en mer formée.
Il est 23h00 quand nous arrivons au club, fatigués mais contents de notre virée.